Accueil SE FORMER Études La réforme du bac général

La réforme du bac général

Le ministère de l’Education nationale a engagé une large concertation avec tous les acteurs de la communauté éducative, pour transformer le baccalauréat général et technologique afin d’en faire une étape déterminante de la réussite future des élèves. Après la présentation du projet en conseil des ministres, le ministère de l’Education nationale a publié, le 14 février, les contours prévus pour le nouveau bac 2021.

Les épreuves finales : 60% de la note finale

Comme aujourd’hui, chaque lycéen présentera une épreuve anticipée écrite et orale de français en fin de première.

En classe de terminale, il présentera quatre épreuves finales :

  • Deux épreuves écrites porteront sur les disciplines de spécialité choisies par le candidat.
  • Une épreuve écrite de philosophie : pour tous, ce choix correspond à une tradition française et à la nécessité de conforter l’esprit critique dans la formation des jeunes générations.
  • Un oral d’une durée de 20 minutes préparé tout au long du cycle terminal. L’épreuve orale repose sur la présentation d’un projet préparé dès la classe de première par l’élève.
    Cet oral se déroulera en deux parties : la présentation du projet, adossé à une ou deux disciplines de spécialité choisies par l’élève et un échange à partir de ce projet permettant d’évaluer la capacité de l’élève à analyser en mobilisant les connaissances acquises au cours de sa scolarité, notamment scientifiques et historiques. Le jury sera composé de trois personnes.

Le calendrier des épreuves finales

Les épreuves de spécialités seront passées au retour des vacances de printemps.
Les épreuves de français en première, de philosophie en terminale, et l’oral auront lieu à la fin du mois de juin afin que toute l’année scolaire soit mise à profit.

Le contrôle continu : 40% de la note finale

Le contrôle continu reposera sur des épreuves communes organisées au cours des années de première et de terminale et portées sur des disciplines étudiées par l’élève.

Pour garantir l’égalité entre les candidats et les établissements scolaires, une « banque nationale numérique de sujets » sera mise en place, les copies anonymisées seront corrigées par d’autres professeurs que ceux de l’élève. Une harmonisation sera assurée.

Les bulletins scolaires seront pris en compte pour une part limitée (10%) de la note finale afin de valoriser la régularité du travail de l’élève.

L’évaluation des langues et l’ouverture européenne et internationale

Chaque élève étudiera deux langues vivantes comme aujourd’hui. L’écrit sera évalué selon les standards européens dans le cadre des épreuves communes. L’oral sera apprécié d’après les mêmes standards, à partir de février de l’année de terminale, selon les dispositions actuelles.

Parallèlement, la logique de certification a vocation à se développer, en direction d’abord des élèves qui suivent des cursus à dimension internationale (sections internationales, sections européennes, etc.) ou qui choisissent la spécialité Langues et littératures étrangères.

Les enseignements en langues étrangères (disciplines non linguistiques) seront développés comme la mobilité des élèves.

4 principes inchangés

  • Le bac est obtenu à partir d’une moyenne générale de 10/20
  • Il n’existe pas de note éliminatoire ou de note de plancher
  • Le système actuel de compensation et de mentions est maintenu
  • L’oral de rattrapage est maintenu en tant que seconde chance

>> Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter le site internet de l’Education Nationale et le dossier spécifique consacré à la réforme du Baccalauréat .