Accéder à la formation

Le plan de formation

Il est mis en place par l’employeur. Il peut s’appuyer sur les besoins en formation émis par les salariés lors des entretiens annuels afin de développer leurs compétences ou décider d’actions afin qu’ils puissent s’adapter à leur poste de travail ou à l’évolution de celui-ci ou encore de maintenir des salariés dans l’emploi.

http://travail-emploi.gouv.fr/formation-professionnelle/formation-professionnelle-des-salaries/article/le-plan-de-formation

Les périodes de professionnalisation

Elles s’adressent aux salariés qui ont besoin de formation pour acquérir une qualification, se maintenir dans l’emploi. Elles peuvent être demandées par l’employeur dans le cadre du plan de formation ou le salarié, celui-ci doit en faire la demande à son employeur de préférence par lettre recommandée avec avis de réception.

Le salarié doit suivre une formation d’une durée minimale de 70 heures réparties sur une période maximale de 12 mois, sur son temps de travail ou hors temps de travail, dans ce cas il a droit à une allocation de formation, versée par l’employeur.

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F13516

http://travail-emploi.gouv.fr/emploi/maintien-dans-l-emploi/article/la-periode-de-professionnalisation

La validation des acquis de l’expérience (VAE)

Pour évoluer dans son poste ou changer de voie, il est possible de transformer les différentes expériences, professionnelles ou/et bénévoles, en certification grâce à la VAE, soit en diplôme ou titre à finalité professionnelle, soit en certificat de qualification professionnelle.

Pour en bénéficier, il faut justifier d’un an d’ancienneté, en lien avec la certification visée, d’activité professionnelle salariée ou non, bénévole, volontaire ou en tant que sportif de haut niveau, responsable syndical ou enfin avoir exercé un mandat électoral local.

Avant de monter le projet, il est possible de se faire accompagner par un conseiller VAE au sein d’un point relais conseil (PRC). Il en étudiera la pertinence, proposera les certifications possibles au vu de l’expérience, expliquera le déroulement et informera sur les possibilités de financement.

Pour retrouver les PRC en Hauts-de-France : http://www.vae.gouv.fr/spip.php?page=carte-prc&i_insee_region=32

Il faut savoir que le parcours prend environ 8 à 9 mois, entre l’entrevue avec un conseiller et l’évaluation du jury.

Il est possible de demander à son employeur un congé pour préparer la validation des acquis de l’expérience (VAE) ou pour participer aux épreuves de validation, il est d’une durée maximale de 24 heures de temps de travail (consécutives ou non).

La demande de VAE (dossier de recevabilité) se fait auprès de l’organisme qui délivre la certification. Elle ne peut se faire qu’une fois par année civile.

 

Le dossier est constitué de 4 rubriques :

  • Une première partie précisant l’état civil, la situation professionnelle et le niveau de formation
  • Les différentes expériences en lien avec la certification, les compétences acquises, l’analyse détaillée des activités et des tâches réalisées, attestations de formation
  • Les pièces justificatives obligatoires : pour un salarié, les fiches de paie et attestations d’employeurs, pour les volontaires une attestation de l’organisme employeur, pour les bénévoles, une attestation signée par 2 personnes de l’association ou du syndicat
  • Une attestation sur l’honneur qu’une seule demande de VAE a été déposée pour la certification, pour l’année civile en cours.

Le dossier est étudié par l’organisme certificateur, s’il est recevable, le demandeur peut bénéficier d’un accompagnement dans la préparation de son dossier et de son entretien avec le jury, d’une durée de 10 à 40 heures. Chaque ministère certificateur a sa propre procédure de VAE. Pour retrouver leurs prestataires d’accompagnement et eurs sites d’information : http://www.vae.gouv.fr/espace-ressources/fiches-outil/tableau-sur-la-procedure-de-vae-par-ministere-certificateur.html

Une aide financière peut être accordée par l’employeur, l’organisme paritaire collecteur agréé (OPCA) ou le Conseil régional.

Le dossier est soumis à un jury qui peut demander un entretien ou une mise en situation du demandeur, ensuite il prendra une décision :

  • de validation totale, dans ce cas, la certification est délivrée, elle a la même valeur que celle obtenue par les autres voies existantes (formation continue, formation initiale, apprentissage).
  • partielle, le jury indique alors les connaissances et aptitudes devant être contrôlées à nouveau et éventuellement comment les acquérir (stage, expérience professionnelle ou formations complémentaires, rédaction d’un mémoire,…)
  • d’un refus de validation.

À l’issue de ce parcours, en cas de validation partielle, le candidat peut demander à suivre une formation ou acquérir une nouvelle expérience dans le ou les domaines non validés. S’il choisit de poursuivre sa démarche de validation par la VAE, il doit se renseigner auprès de son organisme certificateur sur la durée de validité de son avis de recevabilité.

http://www.vae.gouv.fr

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F2401